« Aussi longue soit la nuit, le soleil la suit toujours. »

A l’heure où les corps, les cœurs et l’esprit se déconfinent, nos jeunes élèves avancent prudemment vers les grilles de l’école, masqués certes, mais les yeux rieurs, heureux de se retrouver « pour de vrai », puisque malgré tout, l’instruction ne s’est pas arrêtée. Le pont « pédagogique » a tenu bon, malgré les aléas, les inquiétudes des uns et des autres. On le croyait fragile, mais chacun a amené sa pierre pour le solidifier au fil des semaines.

De cette période inédite, déroutante, nul doute que chacun aura son avis, son vécu et son ressenti. Ce qui est sûr, c’est que l’école 2.0 qui prenait le temps de se construire lentement s’est retrouvée dans la nécessité de changer de pignon pour continuer d’avancer.

Un nouveau jargon s’est imposé : vidéo-cours, drive, classroom, padlet

Tout le monde a dû s’y mettre, changer ses pratiques : professeurs, parents, élèves…Rapidement, brutalement, au hasard des problématiques elles aussi inédites.

On pourrait débattre longuement des failles mises en lumière par cette période, de la difficulté de maintenir le contact avec certains. Pour autant, en seulement trois mois, quel chemin parcouru !

Les élèves sont sans doute le mieux placé pour en témoigner : « Au début du confinement c’était mes parents qui me réveillaient le matin … mais maintenant je me trouve autonome et je prends mes journées plus sérieusement », « Je me suis trouvé un rythme de travail et j’essaie de m’organiser, de participer au mieux », « J’ai aménagé mon emploi du temps au fil des semaines… » « Je ne pensais pas être capable de jongler avec les horaires tout en étant dans les temps, « avoir dû travailler à la maison m’a permis d’être plus sérieuse et concentrée dans mon travail … ».

Belle leçon que celle des élèves qui en plus du travail ont profité de ce temps pour se découvrir : « Mentalement, ce confinement m’a fait réfléchir sur nombre de problématiques et mûrir. Désormais, je suis moins stressée qu’à l’accoutumée. J’affronte les imprévus avec le sourire », « Hormis cela j’ai amélioré mes compétences culinaires ».

Gageons que les bénéfices pour l’avenir seront certains…

Pendant ce temps, les professeurs affairés ont pu compter sur le soutien des parents, leur solidarité, leurs remerciements. Nombreux ont été les messages de soutien pour la mise en œuvre de la continuité pédagogique. Et ils étaient bienvenus car la tâche n’a pas été facile : scans, cours en ligne, corrections personnalisées, répondre aux mails des parents, des enfants, cahiers de texte, explications, nouveaux cours, nouveaux supports, bulletins à remplir…avec au bout la fierté d’avoir en conscience œuvré pour que rien ne casse, que la cordée tienne…

Alors bien sûr, un retour à la normale se fait attendre, le besoin de l’autre est physique et aucun écran ne saurait le remplacer, mais soyons patients et positifs et comptons sur la capacité d’adaptation de tous pour faire vivre encore longtemps l’école….

Un professeur du collège.